Les candidats donnent leur avis sur le BIP

05 mars 2020

Municipales mars 2020 - Réponse de Armelle Josseran

ArmelleJosseran

Madame, Monsieur,

 

En tant qu'élue, j'ai déjà eu l'occasion à plusieurs reprises d'exprimer mon opposition au BIP sans la moindre ambiguïté.

D'ailleurs le comité de défense de Montmorency qui a réuni 3.000 signatures d'habitants majeurs s'opposant au projet de PLU de Madame Berthy et notamment au BIP constitué durant l'enquête publique du commissaire-enquêteur, ayant constaté mon combat et la clarté de mes positions, a décidé de soutenir ma candidature à la mairie de Montmorency.

Mes coéquipiers et moi-même avons établi et distribué un tract au mois de janvier sur la défense du cadre de vie qui répond à votre question et nous avons diffusé des vidéos explicitant nos positions.

Ainsi et sans double discours changeant au gré du temps et des lieux comme le fait Madame Berthy, nous avons affirmé sans ambiguïté ni contradiction, à la différence d'autres candidats, notre opposition au BIP qui éventrerait la ville la coupant en deux, la défigurerait de façon irrémédiable, et augmenterait considérablement les nuisances sonores et la pollution de l'air. Si ce projet devait voir le jour, ce que je ne crois pas, notre ville qui a traversé l’Histoire, serait éventrée, souillée et réduite à n’être plus qu’une plateforme de transports hydrocarburée et cela, je ne l’admettrais j-a-m-a-i-s!

Il est grand temps de commencer à sérieusement réfléchir à un autre projet de développement économique et humain pour notre commune. Projet qui ne doit en aucun cas reposer sur ce types d’infrastructures “hors-sol”. 

Quant aux terrains bloqués par le BIP, il m'a été affirmé que le conseil départemental, propriétaire, serait prêt à en confier la gestion et l'entretien. Nous demanderons donc très officiellement que ces terrains et notamment le Parc Saint Pol soient confiés à la gestion de la ville. Nous les réhabiliterons et créerons dans le parc Saint Pol une mare et un espace naturel pédagogique, auquel par exemple les enfants de l'école Jules Ferry auront accès. Ce sera aussi l'occasion de redonner vie au château Saint Pol détruit au milieu des années 1990 en organisant une exposition à son sujet.

J’espère, par ces quelques lignes, avoir été claire.

Vous pouvez aller consulter notre page facebook où vous retrouverez nos tracts et vidéos.

Recevez, Madame, Monsieur, l'expression de mes sentiments les meilleurs.

 

Armelle JOSSERAN

Montmorency pour Vous

Posté par vivresansbip à 09:37 - Commentaires [0] - Permalien [#]


04 mars 2020

Municipales mars 2020 - Réponse de Philippe Priolon

Philippe_Priolon

Bonjour, 

Veuillez trouver ci-dessous la position de notre liste sur le sujet du BIP ainsi que les axes et les actions en faveur de notre environnement, que nous entendons suivre et mener dans le cadre du projet de la liste Montmorencitoyens que je porte.  

Je refuse résolument le projet du BIP, ce serpent de mer qui menace depuis plus de 20 ans de dénaturer notre ville et d’accentuer l’isolement ressenti des habitants du bas de Montmorency. J’ai toujours été fermement opposé à ce projet d’autoroute urbaine à l’impact environnemental désastreux. Je me suis déjà exprimé publiquement contre le BIP dans l'article de Fabrice Cahen paru le 18 septembre 2019  dans La Gazette du Val d'Oise.

Cette résolution est le second engagement du programme que je propose aux Montmorencéen.ne.s :

  • Nous défendrons sans relâche les intérêts de Montmorency dans la lutte contre les nuisances sonores et environnementales (non au BIP, non au T4…) et agirons pour porter en haut lieu des projets alternatifs vertueux

 J’entends également récupérer les terrains préemptés pour ce projet et de travailler en concertation avec les riverains, les associations locales, les citoyens pour proposer d’y conduire des projets écoresponsables, vertueux et de long terme. 

 A noter que nous proposons de faire de Montmorency un « Territoire engagé pour la nature », programme national pour valoriser, sauvegarder et développer la biodiversité de notre ville par la mise en place de politiques spécifiques en matière d’aménagement du territoire, d’éducation et de sensibilisation, d’économie circulaire et de gestion des déchets. En savoir plus sur ce programme ambitieux et ce qu’il engage pour la ville ici et nous créerons notre « Atlas de la Biodiversité Communale » pour mieux comprendre notre environnement naturel et agir en conséquence pour le préserver.

 Par ailleurs, Montmorency doit être une ville exemplaire en investissant dès aujourd’hui dans des dispositifs permettant de prendre part à la lutte contre le réchauffement climatique. Aussi :

  • Nous diminuerons l’empreinte carbone de Montmorency et sa facture énergétique en équipant la ville de panneaux solaires sur les bâtiments publics et de mobiliers urbains moins énergivores comme l’éclairage. Nous engagerons le remplacement progressif du parc de véhicules actuels par des véhicules électriques,

 

  • Nous mettrons à disposition des navettes électriques gratuites pour faciliter vos déplacements quotidiens tout en améliorant la qualité de l’air sur notre ville en réduisant nos émissions de CO2,

 

  • Nous faciliterons les mobilités douces grâce à l’aménagement d’axes cyclables sécurisés et d’abris vélos reliant entre eux les quartiers de la ville.

 

Enfin, en terme de gouvernance, les dimensions sociale et environnementale doivent désormais être pleinement prises en compte dans la gestion d’une ville que l’on souhaite pérenne et responsable vis-à-vis de toutes ses parties-prenantes et des générations futures. C’est pourquoi, pour une gestion responsable :

  • Nous mettrons en place une démarche de responsabilité sociale et environnementale qui guidera notre gouvernance : nous évaluerons notamment dans ce cadre l’impact social et environnemental de chaque projet engageant la ville sur le long terme dans le cadre d’une gestion durable. Une démarche que nous porterons également au niveau de la communauté d’agglomération.

 

Des projets, une ambition que nous portons et qui est comme vous le voyez s’avèrent totalement incompatibles avec ce projet aberrant qu’est le BIP, pourtant encore soutenu par le Département et la Région. Je me battrai en haut lieu pour l’abandon de ce chantier dangereux pour la cohésion de notre ville, la santé de ses habitants, la préservation de notre environnement. 

 Je reste à disposition pour approfondir ces éléments avec vous si besoin est.

Avec toute ma considération 

Philippe Priolon 

Posté par vivresansbip à 14:47 - Commentaires [0] - Permalien [#]

01 mars 2020

Municipales mars 2020 - Réponse de Vincent Gayrard

ensemblepourdeuillabarre

Bonjour,
Je vous remercie de votre question concernant ma position sur le projet de l'avenue du Parisis (ex-BIP).
En tant que militant de la cause environnementale depuis de longues années dans notre secteur et dans le Val d'Oise, j'y suis évidemment très sensible. Dans le cadre de mes activités associatives aux Amis de la Terre Val d'Oise et en tant que conseiller municipal écologiste de Deuil-La Barre depuis 2014, j'ai régulièrement agi contre le projet de l'avenue du Parisis.
Ce projet est nuisible, coûteux et inutile.
Initialement conçu selon ses promoteurs pour permettre aux habitants de la vallée de Montmorency d'aller travailler sur la plateforme de Roissy, il s'est avéré qu'il n'y avait pas de réel besoin. En effet, moins de 2% de la population active des communes de la vallée de Montmorency travaille sur l'aéroport et les zones limitrophes.  De plus aucune zone d'activité n'est réellement concernée par le projet d'infrastructure. Ce projet permettrait tout juste de gagner quelques minutes pour aller d'une commune à la commune voisine. Mais à quel prix?
Son coût est  faramineux : 500 M€ (valeur 2012) pour un département aux finances très dégradées. L'urgence n'est donc pas à financer ce genre de projet.
Ce  projet est source de nuisances (bruit, pollution)  pour des habitants déjà durement éprouvés par celles générées par le trafic aérien. De par la circulation supplémentaire qu'il va créer, il est totalement incompatible avec la lutte contre le changement climatique. De plus, ce ruban de bitume détruira des zones naturelles riches en biodiversité ainsi que des jardins familiaux, notamment sur la côte de Deuil.
Pour l'ensemble de ces raisons, j'ai porté aux côtés de deux autres associations (SOS Vallée de Montmorency et Val d'Oise Environnement) un recours contre la portion du projet entre Bonneuil en France et Groslay, la première à avoir été déclarée d'utilité publique ( la portion entre Groslay et Soisy sous Montmorency serait lancée dans un second temps).
Le Tribunal administratif de Cergy puis la Cour administrative d'appel de Versailles nous ont donnés raison. Mais le Conseil Départemental s'est pourvu en cassation.
Rappelons que les maires de Deuil-La Barre, Soisy sous Montmorency et Montmorency qui siègent au Conseil départemental y votent unanimement toute décision en faveur du projet.
Le combat contre ce projet complètement révolu continue donc et je m'engage à faire tout mon possible pour que le projet dans sa totalité soit définitivement abandonné.

Les emprises du projet ainsi libérées devraient être préservées de toute urbanisation.

Pour ce qui est Deuil-La Barre,  je porte le projet d'une remise en culture maraîchère d'une partie de ces espaces pour permettre d'alimenter en circuit court une partie des repas servis à nos écoliers et résidences aux personnes âgées. Aux côtés des jardins familiaux existants, le reste pourra être valorisé en zone verte de loisir à destination des habitants des communes concernées.
Bien cordialement
Vincent Gayrard

Tête de liste d'Ensemble pour Deuil-La Barre

Posté par vivresansbip à 18:40 - Commentaires [1] - Permalien [#]

29 février 2020

Municipales mars 2020 - Réponse de Aline Hubert

AlineHubert

Madame, Monsieur,

Amputés d’un morceau de notre ville, coupés de la gare : chaque Montmorencéen est concerné par l’avenue du parisis, anciennement BIP !

Certain dirons « ça fait plus de 40 ans que j’en entends parler et rien n’a bougé... » et pourtant ce projet n’est pas abandonné définitivement et les terrains sont toujours gelés.

Cette nouvelle avenue est un axe de transport d’est en ouest entre Argenteuil et Roissy. Alors que le sens de déplacement quotidien des Montmorencéens est principalement du nord vers le sud

Ceci a de nombreuses conséquences sur notre ville :

- l’accroissement des nuisances sonores

- l’augmentation de la pollution

- une séparation de notre ville en 2

- un engorgement de la circulation locale dû à la coupure notamment au niveau des ronds-points

- une dégradation de l’identité de la ville

- davantage de problèmes de transport collectif quotidien. L’avenue du parisis n’est pas prévue pour améliorer l’accès à la gare d’Enghien les bains, ni l’amplitude et la correspondance des horaire de bus. Le trajet sera allongé.

Et sans compter les 550 millions d’euros d’investissement global prévu, à financer. Pour quel avantage ?

Avec Aline HUBERT et VIVRE Montmorency nous sommes :

- contre le dernier projet proposé de l’avenue du parisis

- pour améliorer les transports et déplacements complémentaires : vélos, voiture, piétons pour le Montmorencéens

- contre laisser Montmorency devenir une zone de passage entre des voies rapides

- pour un développement économique et social de notre ville

- nous ferons tout pour engager des démarches auprès des instances départementales visant à faire abandonner ce projet car ce qui pouvait s'envisager il y a 42 ans n'est plus du tout d'actualité en 2020

Vous pouvez compter sur ma totale coopération sur cet important sujet.

Recevez, Madame, Monsieur, mes salutations distinguée

Aline HUBERT

Posté par vivresansbip à 18:29 - Commentaires [0] - Permalien [#]

28 février 2020

Municipales mars 2020 - Réponse de David Corceiro

dessin

A l’att. du Collectif Vivre sans BIP

Mesdames, Messieurs,

membres du Collectif Vivre sans BIP,

Le collectif Vivre Soisy et moi-même avons bien reçu votre courrier au sujet du prolongement du projet de BIP – Avenue du Parisis. Nous vous en remercions et y répondons avec tout le sérieux et la précision nécessaire.

Le projet de BIP a été créé il y a plusieurs décennies. Depuis les usages, attentes et priorités ont évolué.

En l’espace de 10 ans, le flux de véhicules provenant de l’extérieur de notre ville s’est densifié. Les usages des habitants ont changé. Les enjeux écologiques et RSE sont devenus cruciaux, et impératifs pour les générations futures. Sans oublier l’émergence de nouveaux modes de travail (comme le télétravail ou le coworking) qui appellent moins de déplacements.

Nous nous devons de construire l’avenir sans penser comme hier.

Tous les élus aux responsabilités doivent s’interroger globalement sur l’opportunité réelle du BIP alors que les attentes des populations changent. Par exemple, en matière de solutions de mobilités douces (le vélo notamment) ou de transports collectifs, sous toutes leurs formes. C’est pourquoi l’actuel projet de BIP ne saurait répondre aux besoins actuels et à venir.

A Soisy, nous mesurons quotidiennement la forte densité de trafic routier et les risques sur la sécurité routière qui en découlent. Le flux de véhicules drainé par le BIP sur l’entrée de ville menant à l’avenue Kellerman impacte par ailleurs plusieurs quartiers et rues connexes. Nous réaliserons des actions pour fluidifier le trafic routier sur notre commune ; en menant une politique innovante, pour une ville qui facilite les déplacements.

Dans cette logique, nous présentons un projet de revalorisation des friches présentes sur le tracé du BIP. Notre programme prévoit ainsi la création d’espaces éphémères multi-activités, multi-âges, incluant événements, pique-nique, pétanque, city-foot, remise en forme… Ce projet, et les autres actions prévues par Vivre Soisy, permettront de rendre des espaces verts aux Soiséen.ne.s et de contribuer à animer notre ville.

Notre volonté est de faire de Soisy sous Montmorency une ville plus verte, plus dynamique, plus responsable avec une politique en faveur du cadre de vie des habitants. Je me tiens à votre disposition pour poursuivre nos échanges et vous prie de croire, Mesdames, Messieurs, en l’assurance de nos sentiments les meilleurs.

David CORCEIRO

et le collectif Vivre Soisy

Posté par vivresansbip à 22:34 - Commentaires [0] - Permalien [#]


25 février 2020

Municipales mars 2020 - Réponse de Omar Bekare

Soisy_ensemble

 

 

 

 

Soisy-sous-Montmorency, le 25 février 2020

 

Chers membres du collectif Vivre sans bip,

Sur le bouclage de l’avenue du Parisis (BIP) , notre liste est opposée à l’aboutissement de ce projet sur Soisy, contrairement à la volonté du Maire sortant, vice-président du Conseil départemental. Nous ne souhaitons pas que notre ville soit traversée par une telle avenue et ainsi coupée en deux. Depuis la poursuite du tronçon du BIP via Saint-Gratien, un trafic routier très important se déverse chaque jour en heures de pointe à Soisy, avenue Kellermann. C’est pourquoi, nous allons proposer un nouveau plan de circulation et d’aménagement afin de fluidifier ce trafic. Ce projet sera détaillé dans notre programme diffusé début mars. Vous pourrez le consulter sur notre site internet SoisyEnsemble.fr

Sur la revalorisation des friches tout le long du tracé du BIP , nous constatons que certaines friches sont dans un état de délabrement avancé. Des riverains de la rue du petit gril ont par exemple vu fleurir des rats dans leur habitation en provenance de ces friches. Il est inconcevable de laisser dans cet état ces friches pour le mandat à venir. C’est pourquoi nous souhaitons exploiter ces espaces, aujourd’hui abandonnés, en y développant par exemple de l’agriculture urbaine et des jardins partagés. Nous avons d’ailleurs dans notre programme un projet complémentaire de mise en place d’une ferme maraîchère municipale pour alimenter les cantines scolaires.

Je reste à votre disposition pour toute demande complémentaire.

Bien à vous,

Omar BEKARE

Tête de liste Soisy Ensemble

Posté par vivresansbip à 13:37 - Commentaires [0] - Permalien [#]

24 février 2020

Municipales mars 2020 - Réponse de Luc Strehaiano

Luc Strehaiano

Collectif Vivre sans BIP

vivresansbip@gmail.com

Messieurs,

Par courrier circulaire en date du 17 février écoulé, vous souhaitez connaître mon avis sur la poursuite de projet du Boulevard Intercommunal du Parisis (BIP) maintenant dénommé Avenue du Parisis.

En tant que maire de la commune de Soisy-sous-Montmorency, je constate chaque jour, et pas seulement en semaine, notamment aux heures de pointes (7h00/9h00 et 17h00/20h00) des embarras de circulation essentiellement liés à des automobilistes ou conducteurs d’utilitaires en transit. Ces saturations, n’affectent pas seulement les grands axes mais aussi les voies de dessertes de zones d’habitations collectives ou individuelles. Elles entrainent des comportements plus que discourtois de certains conducteurs énervés, à l’endroit des riverains. Nombreux sont ceux qui, aujourd’hui, indiquent comme première nuisance cette densité de circulation sur des dispositifs viaires, prévus pour la desserte, et maintenant de transit. « Combien de temps pour sortir de mon garage de pavillon ou du parking de la copropriété, avenue Kellermann, Descartes, du Rond-Point, rue Jean Mermoz ou encore de Montmorency le matin ? »

Demandez donc aux habitants du quartier de l’Alliance à Eaubonne, alors farouches opposants au BIP, s’ils souhaitent revenir aujourd’hui à la situation antérieure ?

En effet, si l’on veut bien revenir une vingtaine d’années en arrière, avant que la réalisation de l’Avenue du Parisis ne crée un contournement de Saint Gratien, les difficultés de circulation étaient observées depuis la sortie de l’A15 (entre Argenteuil et Saint Gratien) et l’avenue Daniel Casanova en limite de Soisy. La circulation se faisait alors convenablement à Soisy.

Je suis donc partisan de continuer la réalisation de l’Avenue du Parisis, si ce n’est dans sa totalité, au moins sur la partie soiséenne.

Cependant, je me suis fermement opposé, à la version proposée à la concertation par le Conseil Départemental en 2012, en cela qu’il m’apparaissait trop largement dimensionné, trop « routier », pour utiliser le jargon des spécialistes.

5, avenue du Général De Gaulle, 95230 Soisy-sous-Montmorency

Posté par vivresansbip à 09:56 - Commentaires [0] - Permalien [#]

23 février 2020

Municipales mars 2020 - Réponse de François Jeffroy

Groslay_terre_d_avenir

37 bis rue du Docteur Goldstein
95410 Groslay

Groslay, le 23 février 2020


Collectif d’associations Vivre sans BIP

 

Par mail du 17 février, vous avez exprimé le souhait de connaître l’avis de la liste Groslay Terre d’Avenir sur l'opportunité de poursuivre le projet de voie urbaine rapide « avenue du Parisis - BIP », prévu pour relier les autoroutes A15 et A1.

Notre liste s’est engagée à exprimer son opposition à la construction de l’avenue du Parisis (ex BIP) auprès de Plaine Vallée et du conseil départemental et à proposer un projet alternatif pour les terrains réservés sur notre ville. Nous sommes particulièrement préoccupés par : la coupure que cette Avenue imposerait avec la partie de notre commune située au sud de l’Avenue, l’artificialisation des sols (dont certaines terres fertiles situées aux Hérondeaux), la nécessaire réimplantation du stade de Groslay qui se trouve sur l’emprise du BIP. Nous sommes également convaincus que le bouclage de cette Avenue contribuerait à l’augmentation du trafic routier dans notre secteur.

Notre liste a également fait le constat que ces dernières décennies, les espaces naturels de la ville de Groslay ont été réduits par un mouvement lent mais continu de construction de maisons individuelles et de surfaces commerciales. Nous nous engageons à élaborer un projet visant à conserver les espaces naturels restants, notamment en réimplantant une activité agricole. Certaines parcelles envisagées pour ce projet sont situées sur l’emprise de l’Avenue du Parisis ou à proximité immédiate.

Dans le cadre de notre campagne pour les municipales, nous invitons tous les Groslaysiens et toutes les personnes intéressées, à une randonnée découverte des espaces encore verts de Groslay, rendez-vous dimanche 1er mars à 10h00, place de la Libération.

Vous pouvez retrouver ces engagements sur notre site : https://www.groslay-terre-davenir.fr/

Veuillez agréer l’expression de nos sincères salutations.

François JEFFROY
Tête de la liste Groslay Terre d’Avenir

Posté par vivresansbip à 21:29 - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 février 2020

Municipales mars 2020 - Réponse de Patrick Cancouët

agirensemblegroslay

Bonjour,

en qualité de tête de liste de la liste AGIR ENSEMBLE POUR GROSLAY, je suis contre le boulevard de Parisis et contre toute nuisance visant à perturber notre environnement. Je m'engage aussi à adopter une délibération contre le boulevard du Parisis. Je suis aussi intervenu dans ce sens dans les conseils municipaux, il suffit de les consulter ils sont sur le site de la Mairie de Groslay (Mon ancienne liste s'appelle Groslay à votre écoute).
 
J'habite Groslay depuis 55 ans et mes parents ont choisi cette ville pour son coté village et champêtre c'est de moins en moins le cas, le BIP ne va pas dans le sens de mes valeurs.
 
Enfin, vous pouvez aller sur ma page facebook "Groslay, notre ville" (demandez à y participer c'est un groupe privé de plus de 1700 Groslaysiens) et tapez BIP vous verrez que nous avons écrit à ce sujet.
 
Meilleures salutations.
 
Dr Patrick CANCOUËT
06 52 34 17 63

Posté par vivresansbip à 11:54 - Commentaires [0] - Permalien [#]

17 février 2020

Municipales mars 2020 - Réponse de François Detton

avenirensemble

Bonjour,

J'ai bien reçu votre courriel.
Je me permets de vous adresser la lettre que j'ai adressée à Monsieur Didier Lefebvre relative à notre position sur l'avenue du parisis.
Comme vous le savez nous avons déjà eu l'occasion d'affirmer notre opposition à ce projet destructeur pour notre territoire lors du mandat que nous avons exercé dans la majorité il y a 10 ans à Montmorency.
Nous avons poursuivi ce combat dans la période qui s'achève. Si nous sommes élus, l'opposition de la ville de Montmorency a ce projet  sera bien entendu poursuivie et accentuée.
Il y a dans notre projet municipal notre intention de reprendre l'usage d'une partie des terrains actuellement indisponibles et des délaissés et de créer un nouveau parc consacré à la biodiversité et des espaces de circulation douce (projet "vélo en ville"). Cette démarche s'inscrit dans le prolongement de la motion que j'ai fait voter par le conseil municipal de Montmorency qui faisait obligation à la maire d'engager des négociations avec le département. Nous sommes restés malheureusement sans nouvelles du suivi de cette motion.
Je reste à votre disposition.
Je vous prie de croire, Madame, Monsieur, a l'expression  de  ma considération dévouée et respectueuse. 

François Detton

--------------------------------------------------------------------------------------

Le 16 février 2020,

Monsieur le Président,

Dans la perspective des prochaines élections municipales, vous m’avez récemment interrogé notamment sur les questions environnementales majeures pour notre territoire : avenue du parisis et délaissés du « BIP », nuisances aériennes.

Pour l’ensemble des femmes et les hommes engagés pour notre ville et qui constituent la liste que j’ai rendu publique il y a maintenant plusieurs semaines et que que j’aurai l’honneur de présenter aux suffrages de nos concitoyens pour ce scrutin, notre opposition résolue à ces projets, destructeurs de l’environnement et aux enjeux importants en termes de santé publique, est un engagement collectif fort et déjà ancien.

Cette opposition sera, si nous sommes élus, celle de la ville de Montmorency.

 

Sur le bouclage de l’Avenue du Parisis (BIP)

Ce projet qui couperait notre ville en deux alors que celle-ci a tant besoin de cohésion reste d’actualité.

Un relatif « assoupissement » de tous ceux qui, même opposés au projet, pourraient penser qu’un si vieux projet ne se ferait finalement pas et qui viendraient à baisser la garde pourrait d’ailleurs être le meilleur atout de ses promoteurs…

Il suffit de constater que son financement a été programmé dans le budget du plan anti-bouchon de la région Île-de-France et d’entendre Mme Valérie PECRESSE sa présidente, qui s’en est encore fait l’écho en décembre dernier, pour appeler à une vigilance renforcée et à une coopération plus forte entre tous les acteurs publics qui partagent la même vision sur l’avenir du territoire.

Dès 2012 alors que j’étais Maire de Montmorency j’ai exprimé publiquement ma ferme opposition à ce projet à l’occasion d’une réunion publique tenue par les élus au Conseil général dont Mme BERTHY, lesquels étaient venus présenter ce projet aux Montmorencéens.

Lors de la campagne des municipales 2014 j’ai réaffirmé mon opposition à ce projet qui loin de fluidifier les déplacements des franciliens renforcera encore le trafic routier.

De 2014 à 2020 dans l’opposition avec les élu-e-s de l’Avenir Ensemble, nous avons mené plusieurs actions pour sensibiliser la population contre ce projet, dont une réunion publique le 19 mai 2019 qui a réuni près de 130 montmorencéens et assuré une couverture presse utile à cette cause.

Alors qu’en 2012 j’étais le seul élu montmorencéen avec mes amis de l’Avenir Ensemble à affirmer notre opposition à ce projet, je suis heureux de constater que ce travail, celui des associations comme la vôtre a été suffisamment efficace pour que cette fois, tous les candidat-e-s au prochain scrutin soient unanimes pour le rejeter ! Mais cela n’exclue pas la prudence…

La revalorisation des friches tout le long du tracé du BIP :

Mardi 14 mai 2019, en séance du conseil municipal, j’ai déposé une motion pour demander à la maire, par ailleurs membre de l’exécutif du conseil départemental du Val d’Oise, de peser de toutes ses forces auprès de l’institution départementale d’obtenir alors qu’il est le propriétaire des terrains gelés et de la majeure partie des délaissés, qu’il en restitue l’usage d’une partie à la ville pour y créer un espace public écologique qui contribuera à l’amélioration de notre santé, à notre sentiment de bien-être et préservera la biodiversité véritable « assurance-vie » des sociétés humaines.

Cette motion, pourtant votée, il est vrai sans le soutien de la maire actuelle, n’a jamais eu de suite portée à la connaissance des élus.

Le parc Parc St Pôl, devenue une friche naturelle laissée à l’abandon, doit devenir le « nouveau parc Parc St Pôl/Dino », poumon vert du bas de la ville, grand espace dédié à l’écologie pédagogique pour tous et laboratoire de l’éco-citoyenneté. Il sera relié au sud du parc du château de Dino par une passerelle en bois utilisant majoritairement le châtaignier.

Pour ce faire tous les subventionnements, et notamment européens bien souvent ignorés alors qu’importants, seront sollicités.

En lien avec les sentes, sera créé « l’arboretum de Montmorency » regroupant des dizaines d’essences d’arbres et nous poursuivrons le développement des plantations de cerisiers.

Ce parc participera à la sensibilisation du plus grand nombre, toutes générations confondues à la cause environnementale en même temps qu’il défendra et enrichira la biodiversité sur notre territoire.

Ce projet majeur exigera une belle énergie collective et citoyenne car nous aurons à faire face à la puissance du département qui en l’état se montrera sans doute d’une grande frilosité.

Mais il pourra jouer un rôle moteur sur l’ensemble des délaissés dont le traitement, ou plutôt l’abandon constitue aujourd’hui une honte pour cette ville qui place le bien être et la nature comme ses atouts majeurs.

Il suffit, comme je l’ai fait encore hier, de parcourir tout le quartier entre rue des carrières et rue de la fosse aux moines pour comprendre pourquoi les riverains peuvent être exaspérés de tous ces espaces à l’abandon, sans aucun traitement et qui sont sources de nombreuses nuisances.

La ville ne peut rester spectatrice de ce désastre et doit au minimum dans un premier temps d’urgence, agir pour contraindre le propriétaire à prendre les mesures nécessaires y compris d’ordre sanitaire, et ensuite, en lien avec le projet du parc, restituer au domaine public de la ville pour permettre notamment la mise en œuvre de liaisons douces.

Nous avons le projet de création du concept « vélo en ville », y compris le vélo électrique public compte tenu de la géographie de la ville (car tous nos concitoyens n’ont pas des cœurs de champions cyclistes !). Moyen de promenade et moyen de transport notamment pour relier le sud et le centre de la ville dans un premier temps, cette partie de notre territoire se prête presque idéalement à cette expérience. Nous créerons de nouvelles pistes cyclables pour assurer le lien gare/centre-ville et mettront en place des stations de vélos électriques,

Les nuisances aériennes et notamment l’agrandissement de l’aéroport de Roissy Charles de Gaulle avec, entre autres, le projet de construction du terminal T4 :

Avec la construction du T4 nous passerions à terme de 1300 à 1800 vols par jour, alors qu’avec le seul trafic actuel, la valeur bruit à ne pas dépasser fixée par l’organisation mondiale de la santé pour espérer un sommeil réparateur, est déjà largement dépassée.

Au-delà du bruit, les élus devront être aux côtés des associations environnementales et locales qui protestent et mobilisent contre la construction de ce terminal pour des raisons écologiques.

C’est là encore un combat majeur dans lequel les collectivités doivent clairement, non seulement affirmer des positions de principe, mais surtout agir fermement pour les faire connaître et mettre en œuvre les moyens d’obtenir des victoires.

Personnellement je m’engage non seulement à porter auprès de la population cette revendication mais encore à être acteur de cette opposition, en livrant bataille avec d’autres communes qui y sont prêtes, également devant les Tribunaux où il devra être soulevé l’incohérence de ce projet avec les engagements climatiques de la France.

Je suis signataire par ailleurs de la demande d’un référendum autour du projet de privatisation des aéroports de Paris, privatisation contre laquelle je m’inscris tout aussi fermement : que deviendraient alors ces questions de défense de la santé publique que nous avons déjà tant de mal à faire entendre lorsque l’Etat est encore le décideur ?!

 

La qualité de vie à Montmorency exige une ambition écologique qui doit se décliner encore dans les domaines suivants :

- le logement pour lequel nous créerons un poste ressource au service des habitants pour accompagner les citoyens dans la reconversion énergétique de leur habitation,

- l’organisation des déplacements pour lesquels nous développerons l’expérience M’Bus de transports à la demande, en collaboration avec la Communauté d’agglomération. Il faut rapidement passer à deux véhicules électriques dans un format compatible avec la structure de nos rues parfois étroites.

-dans le domaine de l’alimentation, en favorisant les circuits courts et le bio abordable au sein du marché du dimanche comme dans la restauration scolaire.

La défense de l’environnement nécessite la mobilisation du plus grand nombre et l’expertise de celles et ceux qui s’emparent de ces sujets depuis de nombreuses années. C’est pourquoi là encore je souhaite pouvoir compter sur des associations comme la vôtre, et les nouveaux conseils de quartier pour mener à bien à partir de 2020 l’ensemble de ces combats.

Je reste bien entendu à votre disposition si vous souhaitez nous rencontrer sur l’ensemble de ces sujets.

Je vous prie de croire, Monsieur le Président, à l’expression de ma considération dévouée et respectueuse.

 

 François DETTON

Posté par vivresansbip à 22:29 - Commentaires [0] - Permalien [#]