Chers amis,
 
Vous voudrez bien pardonner la forme de mon écrit : mener une « bataille » électorale est épuisant et de tout instant. Je suis sûr de mes idées mais pas de parvenir dans l’instant à leur donner la forme que j’aurais souhaitée.
 
1/ Vous dire mon opposition au projet « BIP » ne vous surprendra pas, évidement. Aussi dois-je dire que ma position s’inscrit dans un regard d’ensemble de la vie. Un regard qui associe le refus des « projets inutiles » (pas pour tous !) : Europa city, aéroport NDDL, etc…….. Une bien longue liste. Cette façon de faire, cette domination économique, chosifie la nature comme l’humain, ravale tout au rang de vulgaires marchandises. Bien sûr le BIP pollue et est un danger pour la santé, participe d’un recul des diversités et de la mise en danger de notre planète, mais pour moi pire encore la démarche inspirant le BIP contribue à notre déshumanisation et donc à la difficulté de notre capacité à échapper à ce gouffre.
 
2/ Le PN4 et le BIP. C’est totalement par hasard, après un déménagement, que je me suis trouvé au cœur de ce Passage à niveau dangereux. Le lien entre les 2 projets est à la fois évident et camouflé. Les transversales du BIP ne sont que peu évoquées, nous en avions eu ensemble le sentiment lors de la présentation « officielle ». Les choix destructeurs qui prédominent à la mise en place de cette fermeture du PN4 sont directement liés à l’afflux de véhicules provenant de cette autoroute  périphérique. Il faut bien que ce flot se déverse quelque part, alors tant qu’à faire que ce soit sur les « quartiers populaires ».
 
3/ Le BIP et la question sociale. Il a été pour moi très instructif d’assister à l’énorme différence d’attitude selon les lieux traversés : quasi sans réaction sur Sarcelles, une levée « en masse » dans notre Vallée. Pourtant les méfaits sont au moins identiques pour les 2 populations (j’ai tendance à penser que c’est pire pour les plus exposés socialement qui cumulent les agressions chimiques). Face au BIP également doit exister une écologie sociale. Il est insupportable de ne pas parvenir à un projet commun de respect de la vie. Peut-on envisager un monde où une part de la population échapperait aux diverses formes du BIP, l’autre part cumulant violences des misères sociales et écologiques ?
 
4/ Le BIP et la Démocratie. Notre pays est un tel modèle de démocratie que « nous » nous sentons habilités à faire la leçon à tous, lorsque ce n’est pas à conduire des guerres au prétexte d’établir la démocratie. Le BIP, comme le PN4, comme les carrières de Sannois, comme Europa City, constituent des événements majeurs explicitant les graves limites de notre système démocratique atrophié en système à voter. Le BIP aujourd’hui, c’est un système qui s’impose par une représentation politique de tous les pouvoirs. En cela le BIP est plus dangereux encore que toutes ses terribles destructions de nature et de vies : il accrédite l’effondrement de la légitimité de nos institutions. Il participe de cette triste fin de cette 5e République.
 
Voilà, j’espère avoir répondu à vos attentes. Je n’ai pas même le temps de me relire (merci au correcteur orthographique auto !), pas le temps de trouver les formulations plus explicites. Mais plus tard…. Et là je serais heureux de reprendre cet échange. Au moins à cette étape, avant ce vote, vous aurez eu des éléments pour votre choix.
 
Quelques soient vos choix, je vous garde évidement toute mon amitié. Nous avons de nombreux chemins à défendre ensemble.
 
Serge